Collectif Anti-Précarité Dordogne

Collectif Anti-Précarité Dordogne

Pour un impayé de 100 €, EDF veut lui couper le courant : elle menace l'agent avec un couteau

L'article qui suit est publié avec une intention de générer des réactions.

N'hésiter donc pas à écrire vos commentaires !!!

 

 

 

 

Le 28 juin dernier, un agent EDF est venu couper le courant à Corinne P., à Cormontreuil, dans la banlieue de Reims, dans la Marne.


Une coupure de courant suite à un impayé de 100 euros, selon Le Parisien.

Corinne, 43 ans, invalide à 80%, était tellement angoissée par cette coupure qu'elle aurait alors menacé l’agent avec un couteau de boucher.


Mardi après-midi, cette quadragénaire comparait devant le tribunal correctionnel de Reims pour "violences volontaires aggravées".


Selon Le Parisien, son avocat, Me Emmanuel Ludot, estime que sa cliente n’a fait que se défendre face à une "injustice."

Sa cliente, qui est sans emploi, bénéficie de 660 € de prestations mensuelles.


Corinne témoigne de son quotidien au Parisien :

"J’ai dû me priver de chauffage tout l’hiver dernier, emmitouflée sous des couvertures. Le centre communal d’action sociale (CCAS) qui m’aide pour mes dépenses énergétiques depuis fin 2009 n’a versé qu’en mai 2010 une première somme à EDF."


Quand, le 28 juin, l’agent EDF intervient à son domicile, Corinne dit lui avoir montré le document du CCAS prouvant le versement d’une somme de 200€.

"Je lui ai proposé d’appeler la mairie pour vérifier, mais il répétait 'Je coupe, je coupe' si je ne lui donnais pas le solde de 100 €.

Quand il s’est approché du compteur, je me suis dit qu’il fallait lui faire peur" explique-t-elle encore.

C’est à ce moment-là qu’elle va chercher un couteau dans la cuisine.


"J’ai dit à l’agent: 'Vous coupez toujours?'

Il faisait moins le cow-boy, et il est parti. Je ne l’ai pas touché ni menacé de mort!" dit-elle encore au Parisien.


De son côté, l’agent EDF affirme que Corinne l’a menacé de le "planter."

"Ma cliente n’a jamais eu l’intention de blesser cet agent, elle voulait juste lui faire peur. Cette femme s’est légitimement défendue devant une agression économique illégitime. Ce procès revêt un caractère symbolique" explique l’avocat de Corinne.


Un avocat qui ajoute qu’on ne peut pas couper le courant à un abonné pour 100 euros.


Il plaidera mardi après-midi la relaxe de sa cliente.


Note de la rédaction


Egalement contacté par Le Post, Maître Emmanuel Ludot nous rappelle que sa cliente,  "victime d'une agression économique et dans un état de légitime défense", n'avait "aucune intention de le blesser."

 

 

 



06/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres